COVID-19 - Informations à ville de Saguenay

Résidences artistiques

Appel de dossier : Résidence de création à la bibliothèque de Chicoutimi 14 m2

Pour la troisième édition de la Résidence d'artiste 14 M2, la Ville de Saguenay invite les artistes de la relève en arts visuels, arts numériques et métiers d’art de Saguenay à soumettre un projet artistique qui sera exposé sur le mur du hall de l’entrée de la bibliothèque de Chicoutimi. Pour cette édition, la résidence désire soutenir un artiste autochtone. Il s’agit d’un projet de six semaines pendant lequel l’artiste sera appelé à créer, échanger et réfléchir dans cet espace public dynamique, dédié au partage et au transfert des connaissances.

Tout au long du processus, des activités parallèles de médiation culturelle et d’animation en bibliothèque (ex. : conférences, ateliers, rencontres avec des groupes scolaires, etc.) seront réalisées en collaboration avec l’équipe d’animation et de médiation culturelle. Par le fait même, cette initiative permettra de sensibiliser le public au travail des artistes visuels et à la fonction de l’art dans la ville, tout en favorisant des échanges privilégiés entre la communauté et l’artiste.

Objectifs du programme de bourse de la Ville de Saguenay

  • Soutenir les artistes visuels de Saguenay dans la création et la diffusion de leur art;
  • Sensibiliser le public au travail des artistes visuels et à la fonction de l’art et de l’artiste dans la ville;
  • Mettre en valeur le dynamisme des bibliothèques de Saguenay comme lieux d’échanges et de rencontres;
  • Créer des échanges privilégiés entre la communauté et un ou une artiste. 

Date d'échéance pour soumettre un dossier : le dimanche 23 mai 2021

Critères d’admissibilité

  • Les artistes autochtones émergents (art visuel, design, photographie, création numérique, nouvelles technologies, métiers d’art) sont admissibles;
  • L’artiste doit résider ou utiliser un atelier situé sur le territoire du Nitassinan;
  • L’artiste doit être disponible entre les mois d’août et septembre 2021, pour la création de son œuvre ainsi qu’au cours de l’automne 2021, pour la réalisation des activités d’animation et de médiation culturelle.
  • Critères de sélection

    La proposition

    • La qualité artistique du projet;
    • L’apport du projet au niveau de la promotion et de la connaissance des arts et du travail de l’artiste auprès des différents publics fréquentant la bibliothèque de Chicoutimi;
    • La conception d’un projet qui sollicite la participation des usagers de la bibliothèque;
    • La cohérence du projet avec la démarche artistique de l’artiste;
    • La faisabilité du projet (échéancier, aspect technique, budget, sécurité).

    L’artiste

    • Doit avoir une bonne capacité de communication (vulgarisation, adaptation du langage à différents publics, facilité à s’exprimer);
    • Doit être à l’aise à travailler dans un lieu public, dans lequel il sera interpellé par des usagers de la bibliothèque;
    • Doit avoir un intérêt et une ouverture à s’intégrer à la vie active de la bibliothèque de Chicoutimi (échanger avec les employés, passer du temps dans le lieu).

    L’artiste sélectionné s’engage à :

    • Être présent à la bibliothèque de Chicoutimi un minimum de dix heures par semaine, pendant les six semaines de la création de l’œuvre;
    • Créer une œuvre qui sera exposée pendant une période approximative de deux ans;
    • Collaborer avec le programme de médiation culturelle de la Ville de Saguenay pour la réalisation de quatre activités de médiation culturelle et la production de contenus de médiation culturelle à paraître sur les réseaux sociaux de la Ville de Saguenay.
  • Processus de sélection

    Parmi les dossiers reçus, deux ou trois propositions seront présélectionnées et les artistes désignés auront à présenter leur projet devant les membres du jury. Le but étant d’évaluer le critère « capacité de communication » qui est essentiel à la réalisation de ce projet.

  • Budget

    La totalité de la bourse est de 5 000 $ et se décompose ainsi :

    • 2 500 $ en cachet artistique incluant les droits de diffusion;
    • 1 500 $ de matériel et de frais de réalisation;
    • 1 000 $ pour la médiation culturelle.

    Modalités de versements

    Le montant de la bourse sera octroyé de la manière suivante : 3 500 $ dès le début du projet, 1 000 $ après l’inauguration de l’œuvre et 500 $ lorsque les quatre activités de médiation seront complétées.

  • Possibilité d'hébergement

    Dans le cas où l’artiste sélectionné ne résiderait pas sur le territoire de la ville de Saguenay, une entente avec le Centre d’art actuel Bang est possible afin d’offrir un studio d’hébergement à l’artiste pour la durée de la résidence.

  • Conditions de communication du projet

    L’artiste devra, dans toutes ses communications, mentionner l’apport financier de l’Entente de développement culturelle entre la Ville de Saguenay et le ministère de la Culture et des Communications du Québec :

    • sur tous les supports promotionnels (affiche, site Internet, publicité, dépliant, etc.);
    • dans les entrevues avec les médias;
    • sur les lieux de réalisation du projet. 

    Si l’artiste est invité par les médias à réaliser une entrevue concernant le projet, celui-ci est tenu d’en aviser le Service des communications de la Ville de Saguenay.

    Le logo de l’Entente de développement culturel entre la Ville de Saguenay et le ministère de la Culture et des Communications du Québec sera transmis lors de la signature du contrat entre l’artiste et la Ville de Saguenay et devra être utilisé tel quel.

  • Le lieu

    La bibliothèque de Chicoutimi

    Information sur les usagers

    Bibliothèque de Chicoutimi

    L’ensemble des bibliothèques de Saguenay sont des lieux culturels inclusifs et les actions sont coordonnées dans le but constant d’adapter l’offre des bibliothèques aux besoins des différentes clientèles et communautés. Les usagers sont principalement des femmes (60 % des usagers en 2015). La clientèle de la bibliothèque de Chicoutimi est très diversifiée et provient de différentes communautés ethnoculturelles. Tous les matins, des habitués (majoritairement des personnes âgées) viennent lire les journaux. Des garderies et des parents accompagnés de leurs enfants en bas âge visitent plus souvent en après-midi et des étudiants y travaillent le soir. Située au centre-ville, la bibliothèque a également pour clientèle les organismes voisins qui s’occupent, entre autres, d’itinérance, de réinsertion sociale et de santé mentale. Les fins de semaine, les familles viennent en plus grand nombre, attirées par diverses activités jeunesse.

    Le mardi est la journée la plus achalandée de la semaine, car les bibliothèques sont fermées le lundi. Il y a une affluence d’usagers à l’ouverture de la bibliothèque (10 h) ainsi qu’en fin d’après-midi (16 h). Entre 17 h et 18 h, le nombre de visites diminue beaucoup pour reprendre vers 18 h, jusqu’à la fermeture à 20 h. Les jeudis et vendredis sont des journées plus tranquilles en ce qui concerne l'achalandage. En moyenne, on parle d’une fréquentation de 558 personnes par jour.

    Historique de la bibliothèque de Chicoutimi

    En 1904, à Chicoutimi, le conseil de ville avait rejeté l’idée d’une bibliothèque publique sous prétexte que celle-ci « représentait un danger pour la population ». Une telle bibliothèque « ne doit pas voir le jour dans une ville essentiellement catholique comme Chicoutimi ». On avait donc créé une bibliothèque paroissiale sous le patronage épiscopal.

    Projet initié dans les années 1940 par Mme Marguerite Tellier et les membres de la Société d’étude et de conférences, la bibliothèque de Chicoutimi voit le jour en 1950. L’ouverture officielle de la bibliothèque publique, située dans un local de l’édifice du Dr William Tremblay, sur la rue Racine, a lieu le 28 octobre 1950. Il y avait alors environ 2 000 volumes sur les rayons, collection qui avait été rassemblée dans le cadre d’une campagne de dons de volumes et d’argent.

    En 1953, la bibliothèque publique de Chicoutimi déménage à l’hôtel de ville de Chicoutimi, dans un local que la Ville de Chicoutimi lui offre gratuitement. En 1962, cet espace est agrandi. En 1969, la bibliothèque est municipalisée et peut profiter des subventions du ministère des Affaires culturelles.

    En décembre 1975, la bibliothèque déménage au 455, rue Racine, dans un local de 6 500 pieds carrés. Il y a alors 65 000 volumes sur les rayons et on compte 6 000 abonnés.

    En septembre 1996, une nouvelle bibliothèque, celle que l’on connaît aujourd’hui située au 155, rue Racine Est, est inaugurée.

    En 2002, avec la fusion des trois villes (Chicoutimi, Jonquière et La Baie), la bibliothèque de Chicoutimi fait désormais partie du réseau des bibliothèques de Saguenay.

    Aujourd’hui, en 2019, on retrouve plus de 396 000 livres imprimés, près de 7 700 livres numériques et 37 200 documents audiovisuels dans les bibliothèques de Saguenay.

  • Information supplémentaire

    Alexandra Lavoie
    Agente de projet en médiation culturelle
    Division arts, culture et bibliothèques | Ville de Saguenay
    418 698-5350 poste 4151 (bureau)
    581-234-6784
    alexandra.lavoie@ville.saguenay.qc.ca

Conditions de dépôt d'un projet

L’artiste doit remplir le formulaire ci-dessous et y déposer un unique fichier compressé qui comprend :

  • Un curriculum vitae (trois pages maximum);
  • Une description du projet proposé (500 mots maximum);
  • Un dossier visuel de 10 images ainsi que leur fiche descriptive (format JPEG ou PNG en haute résolution – 1920 x 1080 px);
  • Détails de l’échéancier de la réalisation du projet.

Formulaire à compléter

  • 2017 - Audrey Larouche

    Dans le cadre de la première résidence en art actuel en bibliothèque de la Ville de Saguenay, l’artiste Audrey Larouche a été sélectionnée parmi les artistes de la relève saguenéenne pour réaliser ce projet d’envergure. Du 15 mai au 24 juin 2017, la bibliothèque de Chicoutimi a accueilli cette artiste dont la pratique traite de féminité et de marginalité.

    Audrey Larouche travaille simultanément le dessin, la peinture, la sculpture, l’installation et l’estampe dans un processus dynamique où une discipline nourrit l’autre. Elle crée des espaces impossibles où se côtoient des langages différents. Ses œuvres sont peuplées de sujets hétéroclites mis en relation les uns avec les autres, principalement des femmes assumées, des marginaux, des objets saugrenus et des parcelles de lieux.

  • 2019 - Laurie Girard

    Du 19 août au 29 septembre 2019, la bibliothèque de Chicoutimi a accueilli l’artiste Laurie Girard pour la deuxième édition du projet 14 m2 : Résidence de création en art actuel. Pendant son séjour de six semaines, elle a réalisé un projet artistique qui est actuellement exposé sur le mur de l’entrée de la bibliothèque de Chicoutimi. Pendant la résidence, l’artiste a été appelée à créer, échanger et réfléchir dans cet espace public dynamique, dédié au partage et au transfert des connaissances.

    La pratique en art visuel de Laurie Girard se manifeste principalement par la rencontre du dessin traditionnel et des procédés numériques actuels. Par la répétition, l’addition et la soustraction de motifs fait main numérisés et de textures virtuelles, elle réalise des ensembles graphiques complexes qui résultent de l’accumulation de gestes qui rappellent ceux d’une machine.

    Avec l’aide de logiciels, elle manipule les images par couches successives, comme des cellules qui prennent vie et qui se multiplient pour ensuite se fondre et se métamorphoser en une réalité nouvelle. Les motifs sont créés sur mesure et découlent d’éléments souvent réels, comme des gens ou des objets, ou encore de formes abstraites et de concepts virtuels. Elle s’intéresse aux lignes qui proviennent du paysage, des lieux communs, de l’architecture et de la nature.  Ses œuvres imprimées sont la plupart du temps de très grande taille, le format étant pour elle une manière de rendre l’œuvre vivante.

    • 19 août 2019 : lancement de la résidence de création
    • 19 août au 29 septembre : artiste présente en bibliothèque 10 heures par semaine
    • 19 août au 22 décembre : réalisation de plusieurs activités artistiques

Création littéraire jeunesse

C’est dans l’optique de mettre en lumière le travail d’un auteur saguenéen ainsi que de promouvoir la langue française auprès des usagers de ses bibliothèques que la Ville de Saguenay invite les auteurs professionnels de Saguenay à soumettre leur candidature pour sa résidence de création littéraire jeunesse à la bibliothèque d’Arvida. Il s’agit d’une résidence de création de huit semaines pendant laquelle l’artiste est appelé à écrire un conte jeunesse s’inspirant du lieu, de son histoire  et de ses usagers. Tout au long du processus, parallèlement à l’écriture, l’écrivain participe à des activités de médiation culturelle qui sont pensées et réalisées en collaboration avec l’équipe d’animation et de médiation culturelle de la Ville, afin d’encourager les usagers à améliorer leur maîtrise de la langue et à en promouvoir le bénéfice. Ces activités de médiation sont également utilisées comme vecteur de création et d’inspiration du projet littéraire. Le temps consacré à la création littéraire es d'au moins 70 %, et celui consacré aux activités de la bibliothèque est d'au plus 30 %.

Objectifs du programme de bourse de la ville de Saguenay

  • Soutenir les auteurs de Saguenay dans la création et la diffusion de leur art;
  • Faire connaître les auteurs et leurs œuvres à la communauté saguenéenne;
  • Promouvoir, valoriser, reconnaître et célébrer la langue française;
  • Mettre en valeur le métier d’écrivain auprès des publics;
  • Créer des échanges privilégiés entre la communauté et les auteurs (causeries, ateliers, lectures, etc.);
  • Renouveler les contextes et les modes de création des auteurs;
  • Mettre en valeur le dynamisme des bibliothèques de Saguenay comme lieux d’échanges et de rencontres.
  • 2019 - Sophie Torris

    Sophie Torris enseigne le théâtre, la littérature dans les écoles primaires, au cégep et à l’université. Elle se nourrit essentiellement de l’imagination des enfants pour écrire ses pièces de théâtre. Si les univers qu’elles invitent sur scène ont de la couleur et de la fantaisie, ses textes n’en sont pas moins intelligents et humoristiques. Jouant sur le double sens des mots, elle offre ainsi plusieurs clés d’accès, séduisant tout autant les acteurs en herbe que leur public souvent adulte. Impressionnée par tout ce que les enfants ont à dire sur le monde qui les entoure, elle organise également des Choco-philo dans les bibliothèques et dans les écoles autour de petits récits philosophiques qu’elle écrit. Parallèlement à sa pratique professionnelle, elle participe régulièrement aux chics soirées de Slam-poésie du Saguenay Lac-St-Jean.